"La fin de la solitude" de Benedict Wells, un roman sur le deuil mais aussi une incroyable histoire d'amour

💚💚💚💚

"La fin de la solitude" est le premier roman traduit en français de Benedict Wells, jeune écrivain allemand, déjà considéré comme un prodige de la littérature. Ce roman a d'ailleurs reçu en 2016 le Prix de Littérature de l'Union Européenne. Et c'est mérité. 

"La fin de solitude" conte l'histoire d'une fratrie, Marty, Liz et Jules (le narrateur) qui perdent brutalement leurs parents dans un accident de voiture. Une nouvelle vie s'ouvre alors eux et le roman nous montre de quelle manière chacun d'entre eux va réagir et évoluer face à cet évènement tragique qui va tout changer. 

Juste après le décès, leur tante les envoie à l'internat où ils y passeront toute leur scolarité. Ces trois adolescents s'éloignent les uns des autres, ils deviennent des étrangers les uns pour les autres et essayent de survivre chacun à leur manière. Jules, jeune garçon expansif qui aimait être au centre de l'attention et se rêvait en écrivain, devient solitaire et renfrogné. Il n'a aucun ami à l'école et s'enfonce petit à petit dans une profonde solitude jusqu'à ce qu'il rencontre Alva qui est attirée précisément par ce qui éloigne les autres élèves, son caractère triste et sombre. Marty se plonge dans les études et fera une carrière brillante tandis que Liz collectionne les hommes et les addictions (drogue, alcool). Elle brûle sa vie par les deux bouts. 

Après la fin du lycée, Jules et Alva se séparent du jour au lendemain et Jules se renfonce dans sa solitude. Par loyauté pour son père, il se lance dans la photographie alors même qu'il était destiné au départ à des études de droit. Il vivote et à mesure que le temps passe, a conscience qu'il s'éloigne de la vie qu'il aurait dû mener si ses parents avaient survécu.

C'est probablement celui de la fratrie qui se rend compte le plus de l'impact de la perte de ses parents sur leurs vies et pourtant il est incapable de rectifier le tir, de reprendre le cours de sa vraie vie. Il ne fait que passer le temps, peut-être en attendant sa propre mort. Et finalement, contre toute attente, il réussira à se sauver jusqu'au point où il renoncera à vouloir échanger sa vie contre une vie où ses parents auraient survécu. 

C'est un livre touchant, tragique, sur le deuil, sur la solitude mais c'est également une incroyable histoire d'amour, un amour au départ raté mais qui finira par se déployer au fil des années. On accompagne volontiers Jules, Liz et Marty dans le cours de leurs vies, et on souffre avec eux. Bref c'est un très beau livre qui mérite d'être lu.

Si vous avez manqué le début : Jules vient de se réveiller à l'hôpital après deux jours dans le coma. Il ressent des douleurs diverses dans la jambe, au ventre, à la tête et dans la poitrine. Il vient d'avoir un violent accident de moto. Il commence à reprendre ses esprits et demande quand il pourra voir ses enfants. L'infirmer va prévenir dès demain matin sa famille. Puis nous replongeons trente ans avant, en 1980.

Références : "La fin de la solitude" de Benedict Wells aux éditions Slatkine & Cie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

"Valse hésitation" de Angela Huth, une réflexion intéressante sur le couple

"Les loyautés de Delphine de Vigan, un roman juste qui met mal à l'aise

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton
Retrouvez Michigan sur Hellocoton